Iran : trois femmes détenues politiques entament une grève de la faim

Trois femmes ont entamé une grève de la faim dans la prison de Qarchak en Iran pour protester contre les conditions déplorables dans lesquelles elles sont détenues.

Les prisonnieres, Sakineh Parvaneh, Soheila Hejab et Zeinab Jalalian ont entamé une grève de la faim ces derniers jours pour protester contre le traitement inhumain infligé par les autorités pénitentiaires, les peines de prison inéquitables et le non-respect du principe de la séparation des détenus par le type et la durée de la détention.

La prisonnière politique Zeinab Jalalian a entamé une grève de la faim depuis le samedi 20 juin pour exiger son transfert à la prison centrale de la ville de Khoy, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental. La détenue kurde de souche, qui a été transférée de la prison de Khoy à la prison de Qarchak le 10 mai, avait récemment annoncé qu’elle entamerait une grève de la faim dans les prochains jours si elle n’était pas transférée à la prison de Khoy. Cette prisonnière politique a récemment été diagnostiqué du Coronavirus mais est détenue dans la salle de quarantaine de la prison de Qarchak sans accès à des soins médicaux.

Le 16 juin 2020, un militant des droits de l’homme basé à Téhéran a publié sur sa page Facebook les informations concernant le transfert de Zeinab Jalalian à la prison de Qarchak. «Malgré son infection par le coronavirus, les conditions de son emprisonnement n’ont pas changé. Même lorsqu’elle a été emmenée à l’hôpital pour subir un test de dépistage du coronavirus, elle a été maintenue menottée, y compris pendant l’examen. Elle a envoyé des lettres à de nombreuses autorités, mais personne n’a prêté attention à sa situation difficile », a-t-il écrit.

Zainab Jalalian, qui vient d’une famille kurde à Maku, dans le nord-ouest de l’Iran, est en prison depuis 13 ans.

Soheila Hejab, une autre prisonnière politique, a également entamé une grève de la faim depuis le 16 juin pour protester contre sa détention à la prison de Qarchak à Varamin et contre le refus des autorités de la transférer à la prison d’Evin.

Soheila Hejab a été violemment arrêtée par les agents des Gardiens de la révolution après avoir assisté à une audience devant la cour d’appel le 23 mai. Elle a été arrêtée pour la première fois en janvier 2018 à Shiraz pour «rassemblement, collusion et propagande contre le système». Elle a été arrêtée de nouveau le 6 juin 2019 par la Revolutionary Guard Intelligence Organisation et emmenée à la prison d’Evin où elle raconte avoir été si violemment battue par des gardiens de prison qu’elle a dû être emmenée à l’hôpital. Cependant, elle a été renvoyée en prison avant tout traitement.

Le 14 mars, Soheila Hejab a été temporairement libérée sous caution lourde. Le 18 mars, un tribunal présidé par le célèbre juge Mohammad Moghiseh l’a condamnée à 18 ans de prison pour «propagande contre le système», «formation d’un groupe de défense des droits des femmes» et «appel à l’organisation d’un référendum pour modifier la Constitution». La Cour d’appel a maintenant confirmé la peine.

La prisonnière politique Sakineh Parvaneh est également en grève de la faim depuis le 25 mai pour protester contre sa peine de cinq ans d’emprisonnement et sa détention illégale avec des prisonniers reconnus coupables de crimes violents.

Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné la prisonnière kurde à cinq ans de prison et à deux ans d’interdiction d’appartenir à des groupes politiques. Elle a récemment été battue par plusieurs criminels en prison.

Ils l’ont pris pour cible après que des responsables de la prison du quartier 3 de la prison de Qarchak les aient incités à la malmener.

Sakineh Parvaneh vient d’une famille kurde de la province de Khorasan, dans le nord-est de l’Iran. Elle a été transférée au quartier des femmes de la prison d’Evin après la période d’interrogatoire.

En mars 2020, la prisonnière politique a été transférée au quartier des femmes à Evin, où elle a griffonné des slogans anti-régime sur les murs et pour laquelle elle a été punie. Elle a ensuite été envoyée à la prison de Qarchak.

Plusieurs cas de mauvais traitements épouvantables ont été signalés à la prison de Qarchak.

L’installation est un élevage de poulets désaffecté qui détient des prisonniers dans des conditions surpeuplées et insalubres, sans accès à l’eau potable, à une nourriture décente, aux médicaments et à l’air frais. Connu pour ses conditions de vie «inhumaines», l’établissement était destiné à emprisonner des criminels de droit commun, mais le pouvoir judiciaire l’a également utilisé pour détenir des militants et des dissidents. De nombreuses informations ont fait état d’agressions à l’encontre de détenus à la fois par d’autres détenus et du personnel pénitentiaire, ainsi que d’une consommation de drogues et de maladies infectieuses.